dimanche 1 novembre 2020

COVID 19

 

La science, la raison, ne sont pas à la fête. Tout circule sur les réseaux sociaux : des connaissances, des hypothèses, des âneries (beaucoup). On compare une épidémie EN COURS avec des épidémies terminées, on compare une épidémie CONTAGIEUSE avec le cancer ou les maladies cardiaques.

Il est vrai que nous sommes confrontés à des réalités assez étonnantes. Dans les pays occidentaux « développés », on dénombre, selon les pays, de 125 à plus de 700 morts de la COVID 19 par million d’habitants. Beaucoup moins en Asie. Même si aucune règle n’a été fixée pour comptabiliser les victimes, il est certain que ces différences sont surprenantes et devront être expliquées.

En attendant, le parti communiste joue pleinement son rôle en dénonçant les politiques d’économies au détriment de la santé, de l’hôpital en particulier. Cette réalité est ancienne, mais le premier confinement n’a pas servi de leçon, ni pour l’école, ni pour le système de soins, ni pour la sécurisation de l’emploi. Une tout autre politique est indispensable. Les partis politiques, les syndicats, les associations peuvent l'imposer.

Dans l’immédiat, les communistes privilégient la santé des françaises et des français. Face à l'explosion du nombre de patients admis à l'hôpital et dans les services de réanimation, face au nombre de décès et de drames familiaux, la protection de la santé des Français est plus que jamais une priorité. La situation de tension au sein de l'hôpital public, la détresse des personnels soignants confrontés à l'afflux constants de nouveaux patients, imposent de prendre toutes les mesures nécessaires pour enrayer la progression exponentielle de l'épidémie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Discours du Président Macron, 22 juin 2022

Extrait numéro UN  " Le 24 avril, vous m’avez renouvelé votre confiance en m’élisant Président de la République.  Vous l'avez fait ...