mardi 19 janvier 2021

Démocratie et transparence à Vichy

 

Le lundi 18 janvier 2021, la police municipale a interdit l’accès à la séance du conseil municipal à des citoyens. C’est une violation de l’article L2121-18 du Code général des collectivités territoriales.

Ce que le gouvernement n’avait pas osé faire, malgré l’Etat d’urgence sanitaire – suspendre l’application d’une loi fondamentale pour la démocratie locale et la transparence – le maire de Vichy l’a fait.

Notons tout de suite que si la motivation du maire avait été la sauvegarde de la santé publique ou le respect du couvre-feu, il aurait pu utiliser le même article L2121-18 qui prévoit que les « séances peuvent être retransmises par les moyens de communication audiovisuelle ».

Le plus cocasse, c’est que les policiers municipaux, interpelés sur le caractère illégal de leur interdiction, ont déclaré (humour sans doute involontaire) que ce n’était pas grave puisque des journalistes étaient présents. Quand on sait à quel point La Montagne de Vichy défend le pluralisme en matière d’information municipale, c’est assez inquiétant.

D’ailleurs le journal du 19 janvier, page 9, détaille longuement un « débat » sur la vaccination, sujet qui n’est pas de la compétence de la commune, et nous « informe » que la « la première séance de l’année 2021 » a été « relativement courte » et, « entre plusieurs délibérations plus techniques », n’évoque que deux subventions, pour un montant total de 4.800 euros.

Circulez, il n’y a rien à voir.

Le maire de Vichy tweete, ou plutôt retweete, tous les jours, contre LFI, les écologistes, le RN (plus modérément), toujours sur des sujets nationaux, comme s’il ne se passait rien à Vichy. Ou plus exactement comme s’il n’y avait aucun problème.

Les politiques publiques à Vichy sont affaire de techniciens, de spécialistes. C’est ce que l’on qualifie par ce vieux mot remis à la mode : la gouvernance (il y avait d’ailleurs, à l’ordre du jour du conseil municipal du 18 janvier, un « pacte de gouvernance » dont nous ne saurons rien). Il n’est pas question d'exercice du pouvoir, encore moins de choisir entre des intérêts contradictoires, non, c’est une affaire de professionnels auxquels le bon peuple doit faire confiance.

Il y a peut-être là une des raisons de la défiance des citoyens à l’encontre des élus et des moyens d’information. Ce n’est pas du tout notre conception de la démocratie locale.

Discours du Président Macron, 22 juin 2022

Extrait numéro UN  " Le 24 avril, vous m’avez renouvelé votre confiance en m’élisant Président de la République.  Vous l'avez fait ...