samedi 17 avril 2021

La Gauche est divisée...

 

La gauche est divisée, c’est une évidence. Dans le contexte actuel, c’est navrant. Les communistes ne s’y résignent pas. Même s’ils n’ont pas profité de « l’union de la gauche », c’est le moins qu’on puisse dire, ils ont été à l’initiative pour unir la gauche en vue des élections départementales et régionales. Rappelons que les élections locales n’ont pas pour but de changer le monde et qu’il est possible, localement, de mettre en œuvre, dans les régions et les départements, des politiques publiques plus attentives aux besoins du plus grand nombre.

Pour l’instant, la tentative d’unir la gauche contre la droite et LREM est plutôt un échec dans la plupart des régions et des départements. Cela tient surtout à la volonté d’hégémonie des Verts et de LFI. Cela tient aussi au veto prononcé par LFI contre le PS, particulièrement en Rhône-Alpes. Mais, bien sûr, c’est aux communistes qu’on va le reprocher en priorité. Nous avons l’habitude.

Simon Rötig a publié des « threads » sur ces sujets. Selon son habitude, il cite soigneusement ses sources. Il donne aussi son opinion. C’est normal, c’est évidemment son droit. C’est notre droit aussi de débattre. Nous le ferons sur deux points.

1. Simon Rötig note (c’est un fait) que Yannick Monnet, par ailleurs secrétaire départemental du Parti Communiste, a reçu la secrétaire générale de la Préfecture à l’Association Forum Réfugiés, dont il est cadre salarié. L’opinion de Simon Rötig est que Yannick Monnet « assure le Service Après-Vente de la Préfecture », dans un domaine – l’accueil des réfugiés – où la politique est pour le moins critiquable. Nous ne partageons pas cette analyse. Les fonctionnaires, les agents des services publics, les membres des associations d’utilité publique reçoive des ministres, des élus, des préfets dans le cadre de leurs fonctions. Cela n’implique pas qu’ils partagent les objectifs de la politique du gouvernement ou de la majorité en place. Cela relève simplement du service public dont une des qualités est la neutralité. En démocratie, les fonctionnaires, les salariés des services publics ou des associations ne sont pas responsables des politiques publiques.

2. Quand on évoque un responsable, un dirigeant, d’un parti politique, on écrit tout naturellement, en français, « responsable » ou « dirigeant », éventuellement « secrétaire général » ou une autre dénomination de ce type. Quand on parle d’un responsable du parti communiste on écrit un « apparatchik ». C’est devenu une habitude pour ceux qui remplacent la pensée par de la propagande. Mais c’est triste de lire ce mot sous la plume de Simon Rötig.

 *

La période qui s’ouvre est troublée. A la crise globale, sanitaire, économique sociale… s’ajoute la crise politique. Et pour les communistes, la crise est spécifique, ils sont divisés. Mais ils débattent. Cécile Cukierman brandit la menace d’une exclusion. Nous savons, depuis les Grecs anciens, que la rhétorique est au cœur de la politique, une campagne électorale est une scène de théâtre. Souhaitons que les vieilles pratiques de l’exclusion en restent au discours et ne reviennent pas à la mode.

Mes chers amis communistes, sympathisants, lecteurs de ce blog, permettez-moi de formuler un vœu : même si vous êtes un peu désorientés, déçus, en colère, continuez de débattre, fraternellement. Et continuez de lire Simon Rötig, ses informations et ses analyses sont précieuses.

Discours du Président Macron, 22 juin 2022

Extrait numéro UN  " Le 24 avril, vous m’avez renouvelé votre confiance en m’élisant Président de la République.  Vous l'avez fait ...