mardi 4 août 2020

Et si nous parlions des « charges de l’employeur » (6)


On va donc créer un nouveau contrat jeune. On va diminuer les salaires (le salaire indirect) avec une soi-disant diminution des « charges de l’employeur ».

Mais nous sommes dans une situation exceptionnelle. Une crise économique et sociale grave est devant nous. Les entreprises ont été fragilisées par le confinement, c’est incontestable.

Ne soyons pas obtus, les entreprises ont besoin d’aide et pour créer des emplois on va aider celles qui embauchent vraiment. D’ailleurs le Président l’a dit le 14 juillet : « le dispositif exceptionnel d'exonération des charges pour les jeunes […] on va l'évaluer.

Là se trouve, enfin, le changement prévu. Le nouveau cours du quinquennat. On ne va plus donner d’argent sans contrôle, sans contrepartie.

Et là, du coup, le Président a raison de dire « il y a un nouveau chemin, une nouvelle méthode ».

Cette nouvelle méthode, la voici, exposée lors de l’interview du 14 juillet :
« Léa SALAMÉ
… mais vous allez les contraindre par la loi [les entreprises] ?
Emmanuel MACRON
On les incite. Alors, il faut faire très attention en cette matière parce qu'avec des bonnes intentions, on finit avec le pire, si on les contraint par la loi. On va les suivre, on va les inciter, on va là aussi par le dialogue et la construction. »

Voilà enfin l’extraordinaire changement de la deuxième partie du quinquennat que nous attendions tous : les entreprises vont pouvoir diminuer les salaires (= exonération des « charges de l’employeur ») et, si elles en abusent, c'est promis, on leur fera les gros yeux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Discours du Président Macron, 22 juin 2022

Extrait numéro UN  " Le 24 avril, vous m’avez renouvelé votre confiance en m’élisant Président de la République.  Vous l'avez fait ...